THÈMES / PROJETS

 

PUBLICATIONS
ACCUEIL
CV / EXPERTISE
THÈMES / PROJETS
CONTACT

                                                                                                                                                                                                                   

        

PROFIL

 

DESTRUCTION ET RECONSTRUCTION PENDANT DES GUERRES ET PÉRIODES D’APRÈS-GUERRE  

(GUERRE CIVILE ESPAGNOLE ET RÉGIME FRANQUISTE)

La destruction et reconstruction des villes est un sujet sur lequel j’ai travaillé pendant plus de dix ans. On peut considérer les périodes de guerre et d'après-guerre comme représentatives de l’histoire ou exceptionnelles (cela dépend du point de vue qu'on adopte sur l’histoire) ; en tous cas, il s’agit de processus intenses et normalement limités dans le temps. Comment est-ce que les guerres affectent les villes ? Comment l'espace bâti est-il transformé après une guerre ? De quelle façon sont prises les décisions sur la reconstruction ? Dans quelles proportions sont-elles pratiques, ou symboliques ?

Pour ma thèse doctorale j'ai décidé de me concentrer sur l’Espagne. La destruction que les bombes de l’aviation rebelle occasionnèrent sur les villes espagnoles pendant la guerre civile (1936-1939) était sans précédents. Le processus de reconstruction fut exceptionnel aussi, étant donné la responsabilité d’un régime initialement auto-proclamé fasciste qui a cherché à matérialiser ses valeurs sociales et politiques – avec succès ou non – à travers l’espace construit. En replaçant le cas espagnol dans un contexte plus large, fondamentalement européen, je me suis familiarisée avec d’autres cas de destruction et reconstruction, surtout en relation avec la deuxième guerre mondiale et les années d’après-guerre. 

En  2011, j'ai sorti le livre Ashes and Granite. Destruction and Reconstruction in the Spanish Civil War and Its Aftermath. J'ai aussi publié plusieurs articles sur le sujet (voir Publications) et donné de nombreuses conférences, la plus récente dans le cadre du 'workshop' Reconstruction and Resettlement in the Wake of War. Global Perspectives in the Nineteenth and Twentieth Centuries au Trinity College de Dublin, le 26-27 février 2016. Dans ce vidéo-entretien de 2010 pour Spanish in Motion du LSE Language Centre, je parle de la relation entre mémoire et architecture dans le cas espagnol.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’IMAGE DES VILLES

L’usage d’images pour décrire, évoquer et imaginer la ville n’est pas un phénomène nouveau et existe depuis que les villes existent. La question est, qui imagine quoi et quand, et dans quel but ? Dans un monde où le ‘city branding’ (le développement des villes-marques) devient un outil fondamental pour les gouvernements nationaux autant que locaux, désireux d’attirer du capital et du tourisme, et de créer de l’emploi, la façon dont nous imaginons les villes est importante.

Les images des villes surgissent rarement de manière isolée, mais plutôt comme le résultat du contraste deperceptions, expectatives et aspirations associées à d’autres villes, proches ou lointaines. D'où l'idée d’aborder ce thème de façon comparée et, par exemple, de confronter  de vieilles et de nouvelles villes globales (Paris, New York, Rio, Shanghai…), des villes précoloniales et des villes coloniales (Cusco et Lima), et des capitales avec des villes secondaires (Madrid et Barcelone). 

Dans l'article 'Hablemos de Madrid', publié dans El País en 2014, j'examine l'image de Madrid dans une perspective contemporaine ainsi qu' historique. J'ai donné des conférences sur l'images des villes et city branding, la plus récente auDepartament d'Histoire Economique de la LSE. Mon essai 'metáforas, metonimias, ciudades y la ciudad' a reçu le premier prixde la Xème édition du Premio de Ensayo Breve en Ciencias Sociales Fermín Caballero décerné par la Asociación Castellano-Manchega de Sociología en 2011.

 

 Femmes et WC

Le projet Femmes et WC émerge d’une question simple: Pourquoi les femmes doivent-elles souvent faire la queue pour aller aux toilettes publiques? Il s'agit d'une question aux implications profondes qui touchent plusieurs domaines, y compris l’architecture et le design de l’espace public, la socialisation du corps et de ses besoins ainsi que les relations de genre. Le projet approche ce thème dans une perspective interdisciplinaire. Le premier résultat est une exposition itinérante, présentée au cours du printemps 2012 à la Cité internationale universitaire de Paris avec le soutien du Fonds pour les Initiatives Étudiantes ainsi que les Maisons du Brésil, du Mexique, Internationale et des Étudiants Suédois et l’Université de Westminster. L’exposition combine un parcours socio-historique du sujet (conçu et dessiné par Olivia Muñoz-Rojas) avec des interprétations artistiques réalisées par Denise Cobello (avec Florian Lasne et Ca-terina Carrá), María Alicia Flores, Cécile Gonzalez, Olivia Muñoz-Rojas, Sarah Cassidi* et Maria Athina Tzioka

Brochure de l'exposition (en français et anglais)

 





HÉRITAGES INCONFORTABLES

‘Il n’existe aucun document de culture qui ne soit en même temps un document de barbarie’, écrivait Walter Benjamin en 1940. Pensons à des monuments comme les pyramides d’Egypte, ou les cathédrales en Amérique latine et les conditions d’exploitation ou de répression dans lesquels ces édifices ont été construits pour illustrer le paradoxe de Benjamin. Si tous les documents de culture sont des documents de barbarie, selon quels principes devons-nous décider de la préservation ou de l'élimination des monuments ?

De nombreux gouvernements européens et non-européens éprouvent des difficultés à gérer l’héritage bâti des régimes autoritaires et totalitaires du passé, mais aussi l’héritage des décennies d’après-guerre (logements sociaux, centrales énergétiques, bâtiments publics) à cause de leur association avec l’État-providence et avec l’esthétique fonctionnaliste, aujourd'hui majoritairement repoussés. Dans un moment où le projet européen est profondément secoué, il est indispensable de (re)évaluer d’un œil critique l’héritage bâti d’une période – l’après-guerre – qui fut constitutive dans l’histoire de l’intégration européenne.

Dans l'article 'Granite remains. Francoist monuments today', publié dans Public Art Dialogue, j'interprète le cas espagnol (le patrimoine franquiste aujourd'hui).

 

 

West Milton atomic dome